Ensemble, vaincre le fléau de la pédophilie.

Ensemble, vaincre le fléau de la pédophilie.

Un message de votre curé.

Bruz, le 6 novembre 2021

Chers paroissiens,

Comme nous tous, j’ai été bouleversé et scandalisé par l’ampleur des abus qui ont été révélés par la commission Sauvé. Un sentiment de grande honte et d’incompréhension m’a envahi : comment cela est-il possible ? Mais la réalité est là que nous ne pouvons nier, même si elle est éminemment douloureuse.

Si parmi vous, certains ont vécu de tels traumatismes, je veux leur exprimer mon soutien sans faille avec mon désir d’essayer de comprendre et ma détermination à agir pour que cela ne se reproduise jamais plus dans l’Église.

Voici les liens pour lire le rapport Sauvé en intégralité, le rapport en résumé avec les 45 recommandations ainsi que le livre de parole des victimes. C’est un travail de vérité nécessaire, remarquable tant par sa qualité et son sérieux.

En plus des faits particulièrement scandaleux, ce qui nous blesse tous : c’est le silence. Nous devons en sortir. Aussi que personne n’hésite à me faire part de son sentiment sur cette tragédie. Je souhaite donner la parole à tous ceux qui voudraient s’exprimer. Je vous propose donc de répondre à ces 3 questions à l’adresse mail spécialement mise en place : brisonslesilenceparoisse@gmail.com

  • Quels ont été vos sentiments et vos réactions lors de la publication de ce rapport ?
  • L’avez-vous lu ? Qu’en retenez-vous ?

Si vous ne souhaitez pas le lire, pouvez-vous expliquer pourquoi ?

  • Dans son rapport, la commission fait aux évêques une série de recommandations. Et vous, quelles seraient vos propositions, vos préconisations, vos souhaits pour l’Église de demain ?

Si certains d’entre vous souhaitent réfléchir à plusieurs autour de ces questions, faites m’en part à cette même adresse mail afin que nous puissions organiser ces rencontres dans l’avenir en lien avec le Conseil Pastoral et des personnes compétentes.

Si vous souhaitez faire un retour anonyme, vous pouvez déposer votre courrier dans la boite à lettre du presbytère à mon intention.

Que va-t-il se passer maintenant ? Les évêques sont réunis en assemblée plénière à Lourdes au moment où j’écris ces lignes. Leurs débats et travaux sont principalement consacrés à cette question. Souhaitons qu’ils aboutissent à des décisions claires et justes. Qu’il me soit permis de donner personnellement mon avis en proposant trois orientations valables d’ores et déjà à notre niveau.

  • Écouter : pour comprendre ces drames, nous ne ferons sans doute jamais assez de place aux victimes. Leur parole est essentielle et nous a appris que les dégâts causés par de tels actes ont des conséquences lourdes et durables.
  • Réparer : pour cela, l’Église en France doit assumer sa responsabilité. Un geste fort et symbolique doit être envisagé. De même, la réparation doit sans doute avoir une part financière.
  • Agir : dès aujourd’hui et pour demain. Agir pour qu’à tous les niveaux d’Église, diocèse mais aussi paroisses, écoles, mouvements, etc… tout soit mis en place pour que nous soyons une « maison sûre ». Nous aurons à vérifier cela aussi en paroisse, chacun selon sa responsabilité.

Indéniablement, nous sommes dans le temps de l’épreuve. Mais cette vérité douloureuse qui nous est révélée nous invite au discernement et à la conversion pour être encore plus l’Église du Christ et de sa Bonne Nouvelle. Avançons avec confiance et assurance car « chaque fois que nous cherchons à revenir à la source pour récupérer la fraîcheur originale de l’Évangile, surgissent de nouvelles voies, des méthodes créatives, d’autres formes d’expression, des signes plus éloquents, des paroles chargées de sens renouvelé pour le monde d’aujourd’hui » (Pape François, exhort. ap. Evangelii Gaudium, n.11).

Soyez assurés de ma prière,

Père Olivier+, curé

18 place Chanoine Roullin 35170 BRUZ I olivier.roy@diocese35.fr

Accueil-écoute le vendredi de 10h à 12h au presbytère de Bruz.

Les décisions des évêques à Lourdes annoncées le 8 novembre 2021 Cliquez.

Rappel : pourquoi la C.I.A.S.E. ?

Rappelons qu’en aout 2018, le Pape François a interpellé les catholiques dans une lettre au sujet des abus sexuels sur mineurs commis dans l’Église.

Lors de leur assemblée plénière en novembre 2018 à Lourdes, les évêques de France ont décidé la création d’une commission indépendante sur les abus sexuels sur mineurs commis en France dans l’Église. La Conférence des religieux et religieuses de France (CORREF) s’est immédiatement associée à cette démarche. Le 13 novembre 2018, M. Jean-Marc Sauvé, vice-président honoraire du Conseil d’État, a accepté cette demande des évêques et a constitué et présidé cette commission qui a remis son rapport et a donc terminé sa mission le 5 octobre dernier.

La triple mission de cette commission était :
• d’établir les faits sur ces affaires de pédophilie au sein de l’Église, de1950 à 2020, sur une période de 70 ans.
• de comprendre pourquoi et comment ces drames ont pu avoir lieu et ont été traités.
• d’examiner l’action de l’Église pour lutter contre la pédocriminalité et de faire des recommandations.

Je suis victime… que faire ?

  • bénéficier d’un accompagnement en appelant la plateforme d’aide aux victimes d’abus sexuels au sein de l’Église au 01 41 83 42 17, entre 9H et 21H, tous les jours y compris les dimanche et jours fériés. Une équipe de professionnels de l’aide aux victimes vous apportera une écoute et une mise en relation avec une association proche de chez vous afin de bénéficier gratuitement d’une aide juridique, psychologique et sociale ;
  • déposer votre témoignage sur la messagerie dédiée de la Conférence des Évêques de France, paroledevictimes@cef.fr ou de la Conférence des religieux et religieuses de France, ecoutevictimes@corref.fr ;
  • contacter la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants, mise en place par l’État et qui a lancé un appel à témoignages, en consultant son site : www.ciivise.fr

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix + deux =