La petite flamme qui vient de loin

La petite flamme qui vient de loin

Homélie de Noël 2023

Frères et Sœurs,

Regardez… Regardez cette petite flamme toute timide… Mais qui éclaire pourtant. Qui nous éclaire tous. Cette petite flamme, celle-là précisément que vous avez devant les yeux, elle vient de loin. De près de 5000 Kms de chez nous. Elle a pris l’avion, le train. Elle a traversé de nombreux pays. Avant d’arriver dimanche dernier à l’église de Bruz. Cette petite flamme, elle est partie de Bethléem en Terre Sainte. Et grâce à des scouts de toute l’Europe, elle a été diffusée dans tout notre continent et dans toute la France. Cette année, nous avons craint qu’elle ne puisse pas venir… à cause de la guerre. Car ce pays est en guerre. Terrible, meurtrière, atroce. Bethléem est à 2h de voiture de Gaza. Une guerre qui ne fait que des perdants… et qui voile d’ombre ce pays. Alors… allait-elle venir jusqu’à nous la lumière de la Paix ? Au cas où, on avait déjà élaboré un plan B. On récupérerait la flamme de l’année dernière qui était resté allumée à Vienne en Autriche, point de départ européen de la Lumière de Bethléem. Mais, chers amis, pas besoin du plan B finalement. Un jeune scout a pu allumer la flamme à la grotte de Bethléem, se rendre à Amann en Jordanie puis prendre l’avion jusqu’à Vienne en Autriche où les délégations de Scouts et Guides l’ont récupérée… et apportée à Paris, au Mans, à Rennes… et ici. Un vrai miracle qu’elle soit ici… Car elle est bien là.

« Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu se lever une grande lumière ; et sur les habitants du pays de l’ombre, une lumière a resplendi. ». Oui cette année encore la lumière est venue de Bethléem… Comme depuis 2000 ans. Elle a tracé sa route, coûte que coûte. Au cœur de la nuit.

Ce soir, peut-être qu’en ton cœur, qu’autour de toi, dans ta famille, dans tes amis, c’est la nuit. Nuit de la maladie. Nuit de la solitude. Nuit de la division. Nuit de l’absence d’un être cher…

Dans l’église de Bruz, il y a quelques jours, j’ai vu un miracle. Une femme est entrée… et s’est assise au milieu de l’église. Au loin, la crèche qui brillait, les chants de Noël, des enfants qui s’émerveillaient… Et la voilà qui pleure, amèrement, tristement. Sans doute, une douleur personnelle qui resurgit. A Noël, les absences sont plus béantes. Cela a duré de longues minutes… Puis l’ont rejoint un homme et un jeune homme. Sans doute son mari et son fils. Ils l’ont tendrement réconfortée… et l’ont emmenée vers la crèche. Quelques minutes plus tard, je les ai vu revenir, allumer un cierge… et repartir le visage apaisé et souriant. C’est mon miracle de Noël.

Toi aussi, tu viens ce soir avec tout ce qui a fait ta journée, ta semaine, ton année. Les joies bien sûr. Mais soyons honnêtes, les difficultés aussi. L’ombre, la nuit du monde. Et en cette nuit, tu viens contempler la lumière qui a brillé sur la terre : Jésus le Christ. Petit bébé né dans la plus humble des maternités : une étable. Là où d’ordinaire vivent les animaux. « En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes ; la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas arrêtée. ». Car la clarté de cette naissance brille… et des bergers accourent, puis des mages venus d’Orient, puis 12 apôtres, puis des foules qu’Il a nourries, guéries, guidées, venues de plus en plus loin… et aujourd’hui de toute la planète. Des riches, des pauvres, des veuves, des estropiés, des boiteux des pécheurs… Des enfants, des jeunes, des adultes… Aujourd’hui, nous sommes près de 2,5 milliards de femmes et d’hommes dans le monde soit près de 30% de la population mondiale qui viennent adorer l’Enfant Jésus. « Aujourd’hui la lumière a brillé sur la terre. Peuples de l’univers, entrez dans la clarté de Dieu. ».

Ce soir, Jésus vient naître en toi. Il vient éclairer ton cœur et ton âme de sa lumière infinie. Il vient réchauffer le monde de sa présence aimante. Et il te confie une mission. A toi, à toi, à toi… A chacun de nous. Tu es venu ici chercher la lumière du Christ. A toi maintenant de la porter aux autres. Aux membres de ta famille qui ne sont pas venus. Aux personnes que tu vas rencontrer en ces jours. A toi d’allumer la Lumière. Comment ? A chaque fois que tu souris, tu allumes la Lumière. A chaque fois que tu partages, tu allumes la Lumière. A chaque fois que tu es à l’écoute, tu allumes la lumière. A chaque fois que tu aimes finalement, tu allumes la lumière du Christ.

Chers amis,

Ce soir, nous célébrons avec joie la venue au monde du Sauveur. Noël nous redit que Dieu est avec nous, l’Emmanuel, au cœur de nos vies. Jésus le Christ est la lumière du monde. Cette petite flamme, ce bébé humble et fragile, il est entre vos mains. En sortant, vous pouvez partir bien vite, trop vite… et éteindre la flamme. Mais vous pouvez aussi la garder précieusement. La transmettre. Partager la joie, la paix, l’amour de Dieu. Vous pouvez encore revenir puiser à la source de l’Eucharistie, présence réelle du Christ. Dans notre monde en folie, ne laissons pas les ténèbres l’emporter. Ce soir, Dieu nous donne un immense pouvoir : illuminer le monde. « Je suis venu apporter un feu sur la terre, dit-il, et comme j’aimerai que ce feu soit déjà allumé ».

« Ces paroles de Jésus, écrit le Pape François, ont pour but d’aider les disciples à abandonner toute attitude de paresse, d’apathie, d’indifférence et de fermeture pour accueillir le feu de l’amour de Dieu. Jésus nous appelle à répandre dans le monde ce feu, allumé par le Christ. L’adhésion au feu de l’amour que Jésus a apporté sur terre… exige l’adoration à Dieu et également une disponibilité à servir le prochain. Et ainsi, avec l’adoration de Dieu et le service au prochain — les deux ensembles, adorer Dieu et servir le prochain — l’Évangile se manifeste véritablement comme le feu qui sauve, qui change le monde à partir du changement de cœur de chacun. » Angélus, 18 août 2019.

Frères et Sœurs,

Accueillons le Christ Lumière

et soyons pour le monde des témoins joyeux de la Lumière.

Amen.

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

12 − douze =