25 septembre 2022

Promotion canapé ?

Promotion canapé ?

Homélie 25 sept 2022 – 26é dim TO

 

Frères et Sœurs,

Vous avez entendu l’évangile de ce dimanche… Il nous parle de ? Un riche… qui est pauvre et un pauvre qui est riche !!! Les deux meurent. Pauvres ou riches, cela arrive à tous. Lazare, le pauvre, « les anges l’emportèrent auprès d’Abraham ». Le riche, lui mourut aussi « et on l’enterra. ». L’un va à ce que l’on pourrait appeler le Paradis. L’autre « Au séjour des morts(ou) il était en proie à la torture ».

Morale de l’histoire svp ? Mieux vaut être pauvre que riche si on veut avoir la vie éternelle ! C’est simple, non ??? Dans le fond, ce n’est pas faux. Mais je ne crois pas que ce soit aussi simple que cela !

On a chanté autrefois : « on ira tous au Paradis, même toi ! » Alors ça ne serait pas vrai ? Ce que nous dit l’évangile de ce dimanche est un peu plus subtil. Jésus promet que le Paradis est pour tous ! Il est promis à tous, pauvres comme Lazare ou riche ! Mais encore faut-il se préparer dès maintenant, sur terre, pour ne pas être demain au ciel comme le riche ! Notre question pour nous qui sommes vivants et sur terre : c’est comment allez au Paradis ? Quel chemin suivre ?

 

On trouve une première réponse dans la 1ère lecture du Prophète Amos. J’aime beaucoup ce prophète car il est cash ! Vous avez entendu la fin du passage ? « La bande des vautrés n’existera plus. » Expédiée, pulvérisée, décimée. En lisant, ce passage, j’ai pensé à une parole du Pape François aux jeunes, aux JMJ de Pologne. Il est peut-être un peu plus gentil… encore que. Il invitait à ne pas se laisser gagner par « la paralysie qui naît lorsqu’on confond le bonheur avec un canapé. Oui, croire que pour être heureux, nous avons besoin d’un bon canapé. Un canapé qui nous aide à nous sentir à l’aise, tranquilles, bien en sécurité. Un canapé – comme il y en a maintenant, modernes, avec des massages y compris pour dormir – qui nous garantisse des heures de tranquillité pour nous transférer dans le monde des jeux vidéo et passer des heures devant l’ordinateur. Un canapé contre toute espèce de douleur et de crainte. Un canapé qui nous maintiendra enfermés à la maison, sans nous ne fatiguer, ni sans nous préoccuper. » « Nous ne sommes pas venus au monde pour végéter’ », a ajouté François, mais « pour laisser une empreinte ». « Le temps qu’aujourd’hui nous vivons n’a pas besoin de jeunes-canapés, mais de jeunes avec des chaussures, mieux encore, chaussant des crampons. Il n’accepte que des joueurs titulaires sur le terrain, il n’y a pas de place pour des réservistes. Le monde d’aujourd’hui vous demande d’être des protagonistes de l’histoire, parce que la vie est belle à condition que nous voulions la vivre. » Il ajoutait encore dans une lettre plus tard : « Ne survivez pas avec l’âme anesthésiée, et ne regardez pas le monde en touristes. Faites du bruit ! Repoussez dehors les craintes qui vous paralysent, afin de ne pas être changés en jeunes momifiés. Vivez ! Donnez-vous à ce qu’il y a de mieux dans la vie ! Ouvrez la porte de la cage et sortez voler ! S’il vous plaît, ne prenez pas votre retraite avant l’heure ! »

Le message est clair. Mettre ses chaussures de marche et avancer ! Hier, nous marchions justement avec les catéchumènes de la paroisse, adultes qui demandent le baptême. Camille a témoigné avec une belle simplicité qu’elle était là parce qu’elle savait intérieurement que c’était son chemin de bonheur. Suivre le Christ est un chemin parfois ardu. Mais un chemin qui mène au bonheur infini.

Cet été, j’ai grimpé en montagne un col à 2323 m. d’altitude. J’en ai bavé… j’étais le dernier à arriver. Mais quelle joie d’y être. De pouvoir admirer ce spectacle extraordinaire.

Croire au Christ vivant déplace en nous des montagnes, nous transforme profondément. Cette semaine, nous allons fêter deux très grands saints…

Saint Vincent de Paul : un misérable porcher des Landes du XVIIé siècle qui est devenu le champion mondial de l’attention aux plus pauvres !

Sainte Thérèse de Lisieux : une petite fille pleurnicharde de Normandie qui est devenue une guide spirituelle pour le monde entier en ne faisant pas plus de 100 kms d’Alençon à Lisieux…

Comment ont-ils fait ? Saint Paul écrit : « Toi, homme de Dieu,
recherche la justice, la piété, la foi, la charité, la persévérance et la douceur. Mène le bon combat, celui de la foi, empare-toi de la vie éternelle ! » Résumé en une phrase : « garde le commandement du Seigneur ! » Quel est-il ? Aime… Aime ton Dieu plus que tout… Aime les femmes et les hommes, tes sœurs et frères en humanité, comme toi-même et comme Dieu lui-même t’aime. »

« Aujourd’hui je veux tout te dire. Je ne peux plus vivre et mentir. J’ai vécu comme un animal. Combien de fois t’ai-je fait mal ? J’ai voulu vivre à tout prix. Je n’ai rien fait de ma vie. Mais pour la première fois. Je chante comme si je devais… Mourir demain. »

Qui a chanté ses paroles ? Johnny !!! reprenant sans le savoir le célèbre proverbe d’Isidore de Séville ou de Ghandi “Vis comme si tu devais mourir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours.”

Je conclue avec une question pour vous tous : qu’allez-vous faire cet après-midi ? La sieste dans votre canapé ?

Amen !

Père Olivier+

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

dix-sept − 16 =